Sanankoroba, un village malien

Sanankoroba : ce nom évoque l’histoire d’un téméraire chasseur Bambara, N’Tji Traoré. Parti de son village Nioko à la découverte d’un monde meilleur, il choisit, après de longues journées de marche, de bivouaquer au pied d’un grand arbre de la savane africaine, le « Sanan ». D’où le nom « Sanankoroba » : « au pied du grand Sanan ».

Sanankoroba : ce nom évoque le passé très lointain de cette petite cité. Peuplé de vaillants agriculteurs Bambaras, leurs greniers alimentaires toujours débordants, le village se remplissait de fêtes et de chants après les récoltes.

Sanankoroba : ce nom évoque un passé proche où le village, laminé par la famine, ayant subi une longue décennie de sécheresse, se vide de presque tous ses bras valides. La vie est presque devenue désolation.

Sanankoroba, ce village agricole qui un jour a rencontré, au-delà des océans, une communauté du monde des « toubabs », le monde des blancs. Sainte-Élisabeth lui a redonné confiance en la vie et lui a donné le goût de se remobiliser.

Sanankoroba est ce village malien qui a noué en 1985 la première relation de jumelage entre une communauté du Mali et une municipalité du Canada.

Sanankoroba est aujourd’hui une grosse agglomération de 10 000 habitants. S’y côtoient dans l’harmonie des Bambaras, des Malinkés, des Sarakolés, des Peuls, des Maures, des Sonrhaï, des Miniankas et des Bobos. On y retrouve une grande représentation des différentes ethnies maliennes.

Sanankoroba est situé à une trentaine de kilomètres au sud de Bamako, la capitale du Mali. C’est le chef-lieu d’une Commune regroupant 26 villages. C’est également le chef-lieu de la sous-préfecture qui regroupe trois Communes.

Sanankoroba, c’est ce village qui se prend en main et se transforme, d’année en année, à la faveur de son jumelage vivant, dynamique et novateur avec Sainte-Élisabeth.