Télécharger la revue Villages Solidaires en format PDF(basse résolution)
Cliquez ici

Truc 9 - Intégrer le réseau de la solidarité

 

 

Les Maliens disent : « Seul on va vite, ensemble on va loin. »

Femmes du SanankorobaDepuis que SUCO intervient dans la zone de Sanankoroba, un organisme régional a été créé afin de réunir tous les comités villageois de développement. On le nomme « Benba », ce qui signifie, en langue bambara, « La Grande Entente ».

Dans Lanaudière, il y a actuellement cinq jumelages actifs 8. Les membres de ces comités ont décidé de s’unir. Pour rendre hommage à nos amis maliens, le comité lanaudois a choisi pour nom le BenbaLa ! Le « La » final signifiant « Lanaudière ». C’est un choix symbolique qui démontre la réciprocité de l’échange entre le Mali et le Québec.

André Marcoux, secrétaire du comité Des Racines et des Fruits de Lanoraie, explique : « Au départ, ce que l’on visait, c’était de mettre en commun les expériences vécues par les groupes pionniers au profit des nouveaux comités, afin que ceux-ci puissent se développer plus rapidement. » 

Le BenbaLa se réunit plusieurs fois par année. Il permet aux membres des différents jumelages de faire le point et de s’entraider. On y partage de l’information et on contribue à résoudre des problèmes. Le réseau de la solidarité lanaudois se renforce par la présence du BenbaLa.

André MarcouxNon seulement le BenbaLa est-il un lieu d’échange, il est aussi devenu un lieu d’actions : « On s’est rendu compte qu’on pourrait avoir un ou deux projets communs. Le premier a été le café Internet à Sanankoroba », explique André Marcoux.

« Les organismes sont plus forts lorsqu’ils se regroupent. Quand on voit que les organisations plus grosses que la nôtre commencent à s’intéresser à nous, je constate que l’espace qu’occupe notre regroupement et notre notoriété augmentent », conclut André Marcoux.

L’AQOCI

L’Association québécoise des Organismes de Coopération internationale (AQOCI) est un organisme national qui regroupe tout ce qui œuvre en développement au Québec.

Des Mains pour Demain en est membre depuis 2006. En prenant part aux activités de l’AQOCI, le comité de Sainte-Élisabeth joue dans la cour des grands. Il bénéficie ainsi de l’expérience des organismes bien établis et peut exprimer sa vision lors des conférences annuelles.

L’AQOCI subventionne en 2009-2010 le projet « Villages Solidaires », une campagne d’éducation et de sensibilisation à la solidarité internationale orchestrée par le comité Des Mains pour Demain. 

Dramane Bah Moussa Traoré

Dramane Bah Moussa TraoréDramane Bah Moussa Traoré est membre du Benkadi depuis 1994. Il a participé à plusieurs formations, notamment en gestion collective et financière. Il est venu au Québec en 1998 suivre une formation en secrétariat.

« Quand Sanankoroba a reçu l’appui de la part de Sainte-Élisabeth, les villages environnants ont donné au Benkadi des noix de cola pour bénéficier aussi de cette amitié », raconte Dramane.  « On leur a répondu : Ce que nous avons eu de la part de nos amis, nous ne pouvons pas le partager. Mais si nous avons la chance de trouver un partenaire pour vous aider, nous le ferons. »

Cette chance allait se concrétiser quelques années plus tard par la création du Benba, un organisme régional de la zone de Sanankoroba. Dramane en est devenu le coordonnateur en 2004.

Fruit du travail de SUCO dans la zone, le Benba regroupe 60 villages dont deux membres assistent à une réunion mensuelle.

« Nous avons un projet d’achat d’intrants agricoles. Le Benba est aussi une caisse d’épargne et de crédit. Nous appuyons les femmes qui sont dans le karité. Nous appuyons les agriculteurs en leur donnant des intrants et des semences », explique Dramane.

Le Benba a aussi une radio communautaire, la radio Benbakan. Elle diffuse beaucoup de musique africaine, mais aussi des émissions d’affaires publiques qu’anime, entre autres, Dramane Bah Moussa Traoré.

Abdoulaye Seriba Traoré Doubadjan

Abdoulaye Seriba Traoré DoubadjanAbdoulaye Seriba Traoré Doubadjan est président du Benba depuis neuf ans. Il est aussi membre du Benkadi depuis sa création. Comme plusieurs de ses concitoyens, il a participé à des formations données par le comité Des Mains pour Demain et se donne sans compter pour le développement de sa communauté.

Abdoulaye explique : « Le Benba, parce qu’il regroupe 60 villages, veille au sort de 53 000 personnes ! C’est une grande responsabilité. » En développant des projets liés à l’agriculture et au micro-crédit, le Benba contribue activement au sort de cette population. Mais surtout, il permet la mise en commun des expertises acquises dans chaque communauté.

Parce que le Benba a un poids important, du point de vue démographique et institutionnel, c’est vers lui que se tournent plusieurs intervenants. Ainsi, Abdoulaye rencontre régulièrement les partenaires étrangers des organismes de solidarité et des élus maliens qui préfèrent avoir un seul interlocuteur plutôt que 60.

La MRC de D'Autray

Bruno TremblayBruno Tremblay est urbaniste à la MRC de d’Autray. Il s’intéresse au territoire, comment on l’occupe, comment on le gère. En 2002, le comité Des mains pour Demain approche la MRC pour discuter d’un projet de lotissement initié par le Benkadi pour le village de Sanankoroba. Bruno se souvient : « Ste-Élisabeth m’a demandé de mener ce projet. J’avais les compétences pour réaliser ce plan de lotissement et en plus c’était pour moi l’occasion d’apporter une aide à des gens qui en avaient réellement besoin. »

C’est ainsi qu’en 2002, Bruno fêtera ses 40 ans à Sanankoroba. Il y est retourné six fois pour travailler avec la Commune de Sanankoroba, devenue officiellement partenaire de la MRC de d’Autray. « Je pensais que ça allait être plus simple, mais avec les années je me suis aperçu que les choses là bas avancent comme ici. Le foncier est un secteur délicat, surtout quand la terre appartient aux ancêtres. »

La Commune de Sanankoroba, appuyée par Bruno, a quand même pu faire approuver le plan du vieux village de Sanankoroba. « Il reste le plan pour les nouveaux développements qui doit être approuvé par l’administration malienne, mais je suis confiant qu’on y arrivera » affirme Bruno.

De cette expérience qui se poursuit, Bruno a toujours conservé son sentiment d’utilité. Il s’est fait des amis à la Mairie. « Le Mali a changé ma perception du monde. Je suis aujourd’hui convaincu que ces gens là, même sans grandes ressources matérielles, sont des gens heureux. »

La MRC de d’Autray a continué son engagement auprès de la Commune et opère avec elle aujourd’hui un important projet de gestion des déchets. Quant à Bruno, il a rejoint le Benbala, le comité lanaudois des partenariats avec le Mali. C’est sa manière de maintenir son lien avec le Mali .


8. Sainte-Élisabeth/Sanankoroba, Saint-Félix-de-Valois/Douban, Lanoraie/Koniobla, MRC de D’Autray/Commune de Sanankoroba, MRC Matawinie/Commune de Bougoula.